En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.

1950: Betteraves sucrières

 

ARCHIVES LIÉES À UNE SOCIÉTÉ EN TRANSFORMATION :

 
Une société en transformation
Révolution agricole
Agriculture
Film :
Betteraves sucrières
Réalisation :
Auclair Bernard
Date :
1950
Format :
8 mm, N&B, muet
Notice :
Bernard Auclair ingénieur agronome et industriel, a repris la distillerie d’alcool de betteraves et de pommes de son père après la Première Guerre Mondiale, petite entreprise de 2 à 3 salariés travaillant encore avec des chevaux. En parallèle à cette usine et pour employer le personnel toute l’année, il fonde une conserverie de légumes sous forme de coopérative. La distillerie ferme ses portes à la fin des années 60 et le contingent de betteraves est laissé à une sucrerie. M. Auclair crée alors la cidrerie « Duché de Longueville » et est un des premiers à mettre en place un verger en production intensive à une époque où les agriculteurs perçoivent une prime pour l’arrachage de leurs pommiers. L’entreprise emploie jusqu’à 120 personnes en cidrerie et 400 en conserverie.
EN SAVOIR PLUS :
Connue pour ses propriétés sucrières, dès 1600 la betterave à sucre devra attendre le XIXe siècle pour être exploitée sous l’impulsion du chimiste Chaptal. Napoléon prend conscience de l’importance de cette possibilité de produire un sucre rendu rare par le Blocus Continental qui, s’il empêchait l’Angleterre d’être ravitaillée, empêchait aussi la France de recevoir le sucre de canne. Il incite les agriculteurs à pratiquer cette culture et les industriels à améliorer les procédés en leur octroyant des aides financières ou des régimes fiscaux privilégiés. Dès lors, la France se mobilise pour extraire du sucre à partir de la betterave. En 1828, la France compte 585 sucreries implantées dans 44 départements. Le gouvernement favorise la production via un régime fiscal très avantageux, mais cela n’est guère apprécié des producteurs des colonies. Mais avec l’abolition de l’esclavage, au milieu du XIXe siècle, les sucreries se multiplient en Europe. L’alcool de betteraves est utilisé pour les spiritueux, la vinaigrerie, la pharmacie, la parfumerie et la chimie.
Partage Social