En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.

1955/56 : Le grand métier

 

ARCHIVES LIÉES À UNE SOCIÉTÉ EN TRANSFORMATION :

 
Une société en transformation
Pêche moderne
      
Film :
Le grand métier
Réalisation :
Martin Jean
Date :
1955/56
Format :
8 mm, Couleur, muet
Notice :
Jean Martin, né en 1921, est chef mécanicien sur différents chalutiers fécampois et malouins pratiquant la pêche sur les bancs de Terre-Neuve. Muni d’une caméra 8mm, lors des campagnes de 1955 à 1956 il réalise ce 1er film dans des conditions très difficiles sur le « plus dur métier de la mer » comme il le qualifie lui-même. Il monte ce document exceptionnel en 1960, qu’il diffuse et commente en direct. Il reçoit le 2ème prix dans la catégorie reportage du concours général de la Fédération Française des Clubs de Cinéastes Amateurs cette année là.
En savoir Plus
Dans les années 1960, les Terre Neuvas embarquent pour 9 mois en 3 voyages vers les côtes de Terre Neuve, du Labrador du Groenland ou du Spitsberg. Les chalutiers sont chargés de 450 tonnes de gas-oil, 750 tonnes de sel et de vivres pour 65 hommes pendant 3 à 4 mois. Le chalut racle le fond de l’océan pendant 2 heures et peut ramener près de 20 tonnes de morue mais aussi de nombreux autres poissons qui seront renvoyés à la mer. Les morues sont traitées sur place : les « ébeuilleurs » vident les poissons et extraient le foie qui est traité dans l’huilerie ; les « décolleurs » coupent la tête et prélèvent la langue pour la mettre à saler, les « trancheurs » ôtent l’arête, puis les morues sont lavées par les novices qui grattent les poissons avec une cuillère afin de ne laisser aucune trace de sang, les « affaleurs » envoient dans la cale les morues qui reçoivent leur pelletée de sel en fonction de leur poids qui peut varier de 400 g à 10 kg. La quantité idéale de sel se situe entre 55 à 60 % du poids du poisson. Les « gogotiers » élaborent l’huile de foie de morue. Seuls le mauvais temps et le grand froid arrêtent la pêche : le mauvais temps rend impossible la manœuvre du chalut et le froid gèle les poissons… La vie à bord est rude: les hommes travaillent sur un navire couvert de neige et de glace. Très souvent la morue se trouve sous la mer glacée, il faut donc aller l’y chercher en brisant une glace qui fait souffrir le bateau et l’hélice, à cela viennent s’ajouter les dangers des icebergs et du brouillard d’autant plus importants que les bateaux sont nombreux sur les lieux de pêche. Source : commentaire de M. Jean Martin lors de la projection de son film La campagne se termine aux alentours du 10 décembre, elle avait commencé avec la Saint Pierre des Marins en février, les marins passent donc entre 10 et 15 jours dans leur foyer en mai, autant en août et deux mois en hiver. Dès le XVIe siècle, les Terre-Neuvas fréquentent les îles de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon colonisées par la France au XVIIe siècle et dont l’économie repose sur l’exploitation de la morue. Cette pêche est interdite à la fin du XXe siècle en raison de la raréfaction d’un poisson, décimé par une pêche industrielle trop destructrice.
Partage Social