En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.
Notre serveur vidéo envoie un cookie pour distribuer la vidéo et récupérer les statistiques de lecture, si votre navigateur est réglé pour "ne jamais accepter les cookies" ou "bloquer les cookies de sites web tiers", la fenêtre de lecture vidéo une fois déclenchée affiche "media not found" (le média est bloqué). Pour voir les vidéos, vous devez accepter le cookie "videosenligne.crihan.fr" du serveur vidéo au moins une fois.

1953/56: Fêtes de la Jeunesse à Rouen

 

Archives liées à Éducation :

 
Éducation
 
Film :
Fêtes de la Jeunesse à Rouen
Réalisation :
Sergent Henri
Date :
1953/56
Format :
8 mm, Couleur, Muet
Notice :
Henri Sergent, professeur de dessin au Lycée Corneille de Rouen, passionné de cinéma, fonde le Club des Cinéastes Amateurs de Rouen.Il filme ici les Fêtes de la Jeunesse à Rouen et à Fécamp, dans les années 1950.
EN SAVOIR PLUS...
A Rouen entre les deux guerres, il y a trois grands événements populaires : les courses de chevaux, le Tour de France et les Fête de la Jeunesse. Les Fêtes de la Jeunesse sont une synthèse entre les fêtes des écoles et les fêtes gymniques. Achille Cousin, président de la Devilloise (association sportive) considère que ce sont de « belles manifestations patriotiques avec cette jeunesse que nous entraînons pour être les soldats de demain » (vêtements blancs, salut olympique, pas cadencé..). Les Fêtes de la Jeunesse de 1913 présentent un programme que nous retrouverons dans toutes les fêtes à venir : entraînement des élèves des écoles primaires, défilé en ville, concours de gymnastique et de tir, participation des fanfares (selon les années, elles interprètent le Chant du Départ, La Madelon, Sambre et Meuse, Ma Normandie…), récompenses en livrets de Caisse d’Epargne, fête de nuit, présidence du Préfet et de l’Inspecteur d’Académie, patronage du Général de la place, appuis financiers du Conseil Général et de la Municipalité, création d’un comité d’organisation des fêtes. Le but poursuivi est la démonstration de la nécessité de l’éducation physique à l’école pour les garçons et les filles. Au début, écoles libres et écoles publiques défilent ensemble, mais dès 1920, les écoles privées sont exclues. Après la guerre, on relança les Fêtes de la Jeunesse qui perdureront jusqu’en 1975. Sources : Un exercice réussi de la laïcité scolaire : les Fêtes de la Jeunesse de l’Arrondissement de Rouen (1912-1939), Claude Bouhier (Société d’émulation de Seine-Maritime) « Jour de Fêtes » , Patrick Pellerin, Journal d’Elbeuf, 28 juillet 1995
Partage Social

À PROPOS DU CINÉASTE :

Sergent Henri (1910 – 2003)

Sergent Henri (1910 – 2003)

Professeur de dessin au Lycée Corneille de Rouen, il étend son enseignement à la photographie et au cinéma. Passionné de cinéma, il fonde le Club des Cinéastes Amateurs de Rouen. Son abondante filmographie, élaborée essentiellement dans les années 1950 et 60, illustre avec brio le plein essor de la pratique du cinéma amateur.