En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.
Le lecteur multimédia pour visionner les archives est Adobe Flash Player. Merci de mettre à jour ou d'installer le module dans votre navigateur web en suivant ce lien : https://helpx.adobe.com/fr/flash-player.html.
Notre serveur vidéo envoie un cookie pour distribuer la vidéo et récupérer les statistiques de lecture, si votre navigateur est réglé pour "ne jamais accepter les cookies" ou "bloquer les cookies de sites web tiers", la fenêtre de lecture vidéo une fois déclenchée affiche "media not found" (le média est bloqué). Pour voir les vidéos, vous devez accepter le cookie "videosenligne.crihan.fr" du serveur vidéo au moins une fois.

1953 : Le "Rouennais"

 

ARCHIVES LIÉES À UNE SOCIÉTÉ EN MOUVEMENT :

 
Une société en mouvement
Les cargos
      
Film :
Le "Rouennais"
Réalisation :
De Maistre Charles
Date :
1953
Format :
9,5 mm, N&B, Muet
Notice :
Charles de Maistre, jésuite, fait partie de la Mission de la Mer et à ce titre assure l’Aumônerie des Marins du commerce à partir de 1947. En 1952, il filme en 9,5mm l’activité du port de Rouen, à partir des quais ou des bateaux dont il accompagnait les marins dans l’exercice de sa mission, permettant ainsi aux familles restées à terre de découvrir la vie à bord. Dans ce film, il embarque, lors d’une escale à Rouen, à bord du « Rouennais », qui assure le transport de marchandises de Dunkerque à l’Afrique du Nord. Nous découvrons ici l’activité industrielle de la vallée de la Seine entre Rouen et Le Havre (Chantiers Navals du Trait, les villes en reconstruction (La Bouille, Caudebec en Caux …..) et apercevons les tours de l’Abbaye de Jumièges.
En savoir Plus
Déjà en 50 av J.C, le géographe grec Strabon évoque le dynamisme du port de Rouen dans le commerce avec l’Angleterre : le marbre d’Italie, les vins de Provence, l’huile d’olive d’Espagne, embarquent à Rouen. Les navires reviennent avec de l’étain, du plomb, des poteries.  Plus tard, le premier arsenal du royaume de France est établi à Rouen par Philippe le Bel en 1294 : c’est le "Clos des Galées" (galères), situé approximativement à l'emplacement de la cité administrative rive gauche aujourd’hui, il fonctionnera jusqu’en 1532. Dès la fin du Moyen-Âge, le port de Rouen développe des échanges maritimes directs avec l’Italie, le fret principal transporté étant l’alun (produit destiné à fixer les teintures, particulièrement important dans une ville à forte industrie textile). Au milieu du XVIIème siècle, les Rouennais exportent des toiles pour l'Amérique via Cadix, les marchandises passent par la "Halle aux toiles". Au XVIIIème siècle, le tirant d’eau des bateaux augmentant, le port de Rouen connaît de graves difficultés en raison de la profondeur du fleuve. Il faut attendre le XIXème siècle pour que d’importants travaux soient réalisés et que de grands navires puissent fréquenter le port. Durant la Première Guerre mondiale, le trafic augmente fortement avec les importations de charbon anglais. Le port de Rouen et sa ville, vaste et puissante base arrière des Alliés, fait alors un véritable bond en avant et devient le premier port français, place qu’il conserve jusqu’aux années 30. La Seconde Guerre mondiale est au contraire dramatique pour le port de Rouen : le trafic est réduit à néant, la quasi-totalité des installations portuaires est détruite par les bombardements aériens. La reconstruction fait de Rouen un port pratiquement neuf. Rouen se situe au premier rang des ports européens d’exportations céréalières. Rouen, port de redistribution de vin en fûts venant de Bourgogne et d’Ile de France vers l’Angleterre depuis le Moyen Age , accueille aussi, jusqu’à l’indépendance de l’Algérie, les «pinardiers» en provenance d’Alger et d’Oran : le vin en vrac est déchargé, via les 42 km d’un réseau de canalisations de cuivre, dans un chai de 250 cuves, verrées intérieurement, pour une capacité totale de 100 000 hectolitres. Source : Port Autonome de Rouen
Partage Social