En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.
Le lecteur multimédia pour visionner les archives est Adobe Flash Player. Merci de mettre à jour ou d'installer le module dans votre navigateur web en suivant ce lien : https://helpx.adobe.com/fr/flash-player.html.
Notre serveur vidéo envoie un cookie pour distribuer la vidéo et récupérer les statistiques de lecture, si votre navigateur est réglé pour "ne jamais accepter les cookies" ou "bloquer les cookies de sites web tiers", la fenêtre de lecture vidéo une fois déclenchée affiche "media not found" (le média est bloqué). Pour voir les vidéos, vous devez accepter le cookie "videosenligne.crihan.fr" du serveur vidéo au moins une fois.

1938: Moisson

 
Archives Anglaises Liées :
Archives Françaises Liées :
Rappel historique
La Seconde Guerre est une période de relative prospérité pour les campagnes normandes, compte tenu des pénuries alimentaires dans les villes. Certains paysans s’enrichissent même beaucoup, grâce au Marché noir qui se prolongent après la guerre, les cartes d’alimentation restant en vigueur jusqu’en 1949. L’entrée de la France dans le Marché commun, la mise en place d’une Politique Agricole Commune à partir de 1962, au coeur des «Trente Glorieuses» (période de croissance de l’économie) génèrent de nouvelles transformations profondes dans les campagnes haut-normandes : l’agriculture devient plus productiviste et performante face à la concurrence étrangère (disparition progressive des droits de douane), à l’augmentation de la population, et au manque croissant de main d’oeuvre agricole. La mécanisation progresse encore (le tracteur se répand dès la décennie 1950) ; l’arrivée de l’électricité permet de nouvelles innovations (trayeuses électriques...). Les superficies cultivées continuent de diminuer au profit d’herbages permanents, mais aussi des infrastructures (routières, industrielles) et de la rurbanisation (lotissements pavillonnaires à la périphérie des bourgs). L’augmentation des rendements résulte aussi de l’utilisation croissante des engrais et produits phytosanitaires, des progrès de la génétique pour l’élevage, de l’essor de coopératives (équipées d’un matériel agricole performant).
Film
Moisson Caër
Réalisateur
Le Bihan Pierre
Année
1938-1946
Format
8 mm, N&B, Muet
Lieu
Caër
Thématique
Agriculture et Pêche
Résumé
Nous sommes à Caër, le panneau d’entrée du village nous le précise. Les différents plans du village calme et désert nous font penser qu’il y fait bon vivre. Mais où sont ses habitants ? Au champ, bien sûr ! C’est la saison des moissons. Quatre chevaux tractent une moissonneuse-lieuse, conduite par un homme jeune. Autour d’elle batifole une joyeuse famille. Les enfants et le grand père s’amusent à paraître et disparaître dans les blés mûrs. Malgré le travail de ramassage à la fourche des bottes de blés, que l’on imagine harassant, l’ambiance est détendue et gaie. Les images sont en noir et blanc, les cadrages précis, l’état du film excellent, les visages filmés souriants : l’expression d’un art de vivre qui mérite que l’on prenne également le temps de l’apprécier.
Partage Social
 
Localisation :
.