En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.

1936: Foire Saint-Romain

 
Archives Anglaises Liées :
Archives Françaises Liées :
Rappel Historique
La foire Saint-Romain remonte peut-être à Guillaume-le-Conquérant. Les attractions n’ont remplacé le commerce des marchandises qu’à partir du XIXe siècle. Depuis 1983, elle s’est déplacée rive gauche et étale ses manèges à sensations désormais très fortes sur 1 800 m en bord de Seine. après celle parisienne du Trône, c’est la 2e plus grande fête foraine française, se déroulant tous les ans de fin octobre à fin novembre.
Film
La Foire Saint-Romain
Réalisateur
Viel Robert
Année
1936
Format
9,5 mm, N&B, Muet
Lieu
Rouen
Thématique
Fêtes
Résumé
Le réalisateur Robert Viel montre ici la foire Saint-Romain en deux séquences très contrastées. Le matin tout est calme boulevard de l’Yser : les forains sortent de leurs roulottes en bois pour nourrir leurs animaux ou vérifier les manèges encore fermés au public. On aperçoit notamment une rangée de bouteilles de vin rouge que l’on peut gagner en jouant à une loterie ; à côté, un vendeur de marrons chauds allume ses fourneaux. Des travailleurs descendent la rampe Beauvoisine sans guère s’attarder. L’après-midi, tout change. Une foule nombreuse, coquettement vêtue, investit les multiples attractions éclairées par des ampoules électriques. Le réalisateur s’attarde sur divers types de chenilles ou sur un manège permettant de grimper à bord de bateaux et d’avions miniature. Au théâtre du Cirque se produit la troupe Strassburger (spectacle de chevaux dressés). On aperçoit des marchands ambulants de tourniquets et de poupées, un «auto skooter», un immense toboggan avec tapis roulant permettant de monter au sommet et même une attraction grivoise, baptisée «l’amour dévoilé». Partout des peintures naïves décorent les stands.
Partage Social
 
Localisation :
.

À PROPOS DU CINÉASTE :

Viel Robert (1899 – 1959)

Viel Robert (1899 – 1959)

Entrepreneur de menuiserie, membre assidu du Photo-Club Rouennais, on lui doit de rares vues documentaires sur le Rouen de la Libération (1944) et de l’après-guerre. Beaucoup de ses films se présentent comme des œuvres à part entière avec montage précis et générique de début et de fin.