En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.
Le lecteur multimédia pour visionner les archives est Adobe Flash Player. Merci de mettre à jour ou d'installer le module dans votre navigateur web en suivant ce lien : https://helpx.adobe.com/fr/flash-player.html.
Notre serveur vidéo envoie un cookie pour distribuer la vidéo et récupérer les statistiques de lecture, si votre navigateur est réglé pour "ne jamais accepter les cookies" ou "bloquer les cookies de sites web tiers", la fenêtre de lecture vidéo une fois déclenchée affiche "media not found" (le média est bloqué). Pour voir les vidéos, vous devez accepter le cookie "videosenligne.crihan.fr" du serveur vidéo au moins une fois.

1948 : Premiers pas de bébé

 

ARCHIVES LIÉES À LA PETITE ENFANCE :

 
Petite enfance
 
Film :
Premiers pas de bébé
Réalisation :
Mabriez André
Date :
1948
Format :
8 mm, NB, Muet
Notice :
André Mabriez, notaire à Rouen, filme la vie familiale et notamment ici les séquences des premiers pas de sa fille.
En savoir plus :
Les bébés ne pouvant être allaités par leur mère, sont confiés à une nourrice ou nourris au biberon. Les premiers biberons au Moyen Age sont des cornes de vaches dont l’extrémité est percée et recouverte d’un pis de vache ou d’un morceau de tissu. Le lait de chèvre est le plus employé car considéré comme le plus digeste d’où le nom de «chevrette» donné à la corne… Ces cornes sont remplacées à partir du XVIIè siècle par des biberons en étain, en fer blanc ou en faïence. Les biberons en verre se généralisent au XIXè siècle en raison des qualités de transparence et d’inaltérabilité de ce matériau. Puis vient le «Pyrex». Au milieu du XXè siècle, apparaît le système à bague vissée qui retient la tétine, les biberons sont sérigraphiés et indiquent les dosages pour les différents types de lait (lait concentré, en poudre ou naturel), le photogramme nous montre un biberon de la marque «Epy». Avec la disparition des nourrices au XIXè siècle, l’allaitement artificiel se généralise mais est à l’origine du décès de nombreux bébés en raison du manque d’hygiène et de la qualité du lait. A partir des années 1890, suite aux découvertes de Louis Pasteur, on se préoccupe de l'hygiène du biberon et du lait contrôlé à l'étable et pasteurisé (le lait de vache suisse pour bébé, mélangé dans de bonnes proportions, au sucre et à la farine, a été mis au point par «Nestlé» en 1890). Le Docteur Léon Dufour, installé à Fécamp depuis 1881, crée «L’Œuvre de la Goutte de Lait» en 1894. Conscient de la difficulté que rencontrent les jeunes mères travaillant en atelier, il propose d’assurer une alimentation équilibrée en préparant des paniers de 8 à 10 biberons contenant la ration quotidienne de lait «humanisé» pour un bébé (il y avait trois tarifs en fonction des revenus des familles, les plus pauvres recevaient gratuitement ces paniers). Aidé par les religieuses de St Vincent de Paul, le Docteur Dufour enraye de façon spectaculaire la mortalité infantile. Son exemple fait école et en 1912, en France, 200 associations «Gouttes de Lait» donnent leur adhésion à la Conférence Nationale des «Gouttes de Lait». Elles ont longtemps fonctionné : celle de Paris a cessé ses activités en 1957 et celle de Fécamp en 1972.
Partage Social

À PROPOS DU CINÉASTE :

Mabriez André (1912 – 1993)

Mabriez André (1912 – 1993)

Notaire installé à Rouen en 1955, il occupe ses loisirs avec le cinéma qu’il pratique à l’occasion de ses voyages et dans toutes les occasions de la vie familiale. Son abondante filmographie reflète la sociabilité d’une certaine classe sociale de l’après-guerre : voyages lointains, pratiques des sports, et cérémonies religieuses.