En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.
Le lecteur multimédia pour visionner les archives est Adobe Flash Player. Merci de mettre à jour ou d'installer le module dans votre navigateur web en suivant ce lien : https://helpx.adobe.com/fr/flash-player.html.
Notre serveur vidéo envoie un cookie pour distribuer la vidéo et récupérer les statistiques de lecture, si votre navigateur est réglé pour "ne jamais accepter les cookies" ou "bloquer les cookies de sites web tiers", la fenêtre de lecture vidéo une fois déclenchée affiche "media not found" (le média est bloqué). Pour voir les vidéos, vous devez accepter le cookie "videosenligne.crihan.fr" du serveur vidéo au moins une fois.

1950 : Lange de bébé

 

ARCHIVES LIÉES À LA PETITE ENFANCE :

 
Petite enfance
 
Film :
Lange de bébé
Réalisation :
Prieur Robert
Date :
1950
Format :
8 mm, Couleur, Muet
Notice :
Robert Prieur, propriétaire d’une usine de fabrication de chaussures aux Damps, près de Louviers, filme les premiers jours de sa fille à la maternité et de retour à la maison.
En savoir plus :
Les vêtements pour bébé ont largement évolué au fil du temps, pour aller vers plus de confort. Dans l’Antiquité, les bébés sont emmaillotés selon des règles bien précises : les membres et le tronc, sont couverts d’une bande en laine. Entre les membres, on place des tampons de laine, pour éviter le frottement, puis une large bande enroule l’ensemble du corps. Un morceau de tissu couvre la tête. Au Moyen Age, l’enfant devient un bloc rigide car en plus des bandelettes, les parents et les nourrices placent des planches de bois dans le maillot pour maintenir les membres droits et éviter les malformations. Les maladies de peau sont très fréquentes et notamment l’érythème fessier. L’enfant n’est jamais lavé, on pensait que l’eau véhiculait des maladies. Il passe plusieurs heures, voire quelques jours, dans le même maillot, ce qui entraîne une macération de l’urine et des excréments. Quand l’enfant est changé, du beurre ou de l’huile lui sont passés sur le corps, pour éliminer les traces de souillure. Le bébé quitte l’emmaillotement progressivement : on lui libère un bras, puis l’autre, les jambes sont «lâchées» en dernier. Cette technique avait plusieurs avantages : l’enfant est maintenu au chaud, le bébé peut être facilement porté, vu que sa tête et ses membres sont solidaires, l’emmaillotement immobilise complètement le bébé, ce qui lui permet d’être placé en hauteur. Il n’est pas rare que le bébé soit suspendu à une poutre, ce qui le met à l’abri des animaux et diminue les risques d’étouffement grâce à la position verticale. Au cours du XVIIIè siècle, sous l’influence de philosophes, le vêtement libère le corps de l’enfant. Dans son ouvrage Emile ou de l’éducation, Jean-Jacques Rousseau prend position contre l’emmaillotement : "Point de têtières, point de bandes, point de maillot; des langes flottants et larges, qui laissent tous ses membres en liberté, et ne soient ni assez pesants pour gêner ses mouvements, ni assez chauds pour empêcher qu'il ne sente les impressions de l'air". A partir du début du XXè siècle, le nouveau-né a besoin d’une garde-robe qui apporte une réelle liberté de mouvement : la barboteuse apparaît dans les années 1900 les enfants peuvent la porter jusqu’à leurs six ans! La grenouillère apparaît en France, dans les années 60 et devient un succès populaire immédiat. Ce concept innovant et breveté est racheté en France, par un géant du textile, Franck Forter. La grenouillère est un vêtement une pièce qui couvre intégralement l’enfant, des pieds au cou. Très pratique, elle est fermée par des pressions dans le dos et à l'entrejambe, ce qui facilite le changement de couche. Commercialisée sous la marque «Babygro», qui deviendra le terme générique pour désigner cette tenue, la grenouillère est fabriquée dans une maille extensible, qui «grandit avec bébé», ce qui sera son slogan et son argument commercial. A partir de 1940, le body est créé, en tant que sous-vêtement en une pièce, mais ce n’est qu’à partir des années 60 que le body va devenir pratique, grâce à la fermeture à l’entrejambe par des pressions, pratique pour changer la couche. La couche-culotte jetable est inventée dans les années 1950 par Victor Mills, un employé de la société américaine «Procter et Gamble» qui donnera la gamme «Pampers». Les bandes adhésives ont remplacé les épingles de sûreté dans les années 70.
Partage Social