En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.
Le lecteur multimédia pour visionner les archives est Adobe Flash Player. Merci de mettre à jour ou d'installer le module dans votre navigateur web en suivant ce lien : https://helpx.adobe.com/fr/flash-player.html.
Notre serveur vidéo envoie un cookie pour distribuer la vidéo et récupérer les statistiques de lecture, si votre navigateur est réglé pour "ne jamais accepter les cookies" ou "bloquer les cookies de sites web tiers", la fenêtre de lecture vidéo une fois déclenchée affiche "media not found" (le média est bloqué). Pour voir les vidéos, vous devez accepter le cookie "videosenligne.crihan.fr" du serveur vidéo au moins une fois.

1972 : Hommage à Georges Déziré

 

ARCHIVES LIÉES Personnalités en Normandie :

 
Personnalités en Normandie
Le monde politique

Film :
Hommage à Georges Déziré
Réalisation :
Lemoine Jean
Date :
1972
Format :
8 mm, Couleur , Muet
Notice :
Jean Lemoine, instituteur, militant communiste, secrétaire du SNI, occupe les fonctions de rédacteur en chef de l’hebdomadaire fédéral, L’Avenir normand. Avec sa caméra super 8mm, il filme l’hommage rendu à Georges Déziré, accusé de trahison par erreur et fusillé par ses camarades de résistance le 10 juin 1942, lors de sa réhabilitation par Jacques Duclos à Rouen. La séquence commence par un discours de Roland Leroy, député communiste de Seine-Maritime.
En savoir plus :
Né en 1896 en Bigorre, dans une famille d’artisan charpentier, Jacques Duclos fait l’apprentissage de la pâtisserie après l’obtention de son certificat d’études. Il monte à 16 ans à Paris. Mobilisé en avril 1915, blessé à Verdun, il est fait prisonnier et envoyé en Allemagne. En 1920, il adhère à la Xè section de ce qui deviendra le Parti Communiste. Son éloquence et son esprit mordant le destinent davantage à la vocation de parlementaire qu'à celle de militant. Il est élu Député de la Seine de 1926 à 1932 puis de 1936 à 1940, délégué à l’Assemblée Consultative Provisoire en 1944, puis député de 1946 à 1958 et enfin Sénateur à partir de 1959. Antimilitariste, pacifiste convaincu, il se bat pour une plus grande justice fiscale, la nationalisation des grandes banques et des assurances. Editorialiste à l’Humanité, il dirige des journaux comme Démocratie Nouvelle ou La Voix de l’Est (journal de Montreuil). En 1958, il s’oppose au Général De Gaulle dans un texte qu’il publiera en 1962 : L'Avenir de la Démocratie, Gaullisme, technocratie et corporatisme, De Napoléon à de Gaulle . Au nombre de ses œuvres, il faudrait ajouter ses études historiques sur la commune de Paris A l'assaut du ciel et sur la 1re Internationale, ainsi que sa collaboration à L'Histoire du P.C., manuel du Parti. Jacques Duclos s’éteint en avril 1975, ses obsèques suivies par près de 200000 personnes sont l’occasion d’un dernier hommage au Mouvement Communiste International.
Partage Social